Le Premier Ministre vient d’annoncer la mise en place dès 2019 d’une taxe sur les « GAFA », les « géants du web ». La taxe sera appliquée à partir du 1er janvier 2019 et portera sur l’ensemble de l’année pour un montant évalué à 500 millions d’euros. Le gouvernement a précisé que cette taxe ne se limiterait pas au chiffre d’affaires, mais qu’elle serait étendue aux revenus publicitaires, aux plateformes et à la revente de données personnelles.

Alors que doivent être précisées les dispositions autour de cette nouvelle taxe, quelques questions restent pour l’instant en suspens  :

• Quelles sont les modalités exactes de cette nouvelle taxe ?
• Comment sera définie la base imposable des sociétés du digital, étant entendu qu’elle portera sur le chiffre d’affaire associé à la publicité en ligne ?
• Cette nouvelle taxe peut-elle se conformer aux principes constitutionnels français, en cela qu’elle affecterait un nombre limité d’acteurs qui ne bénéficieront pas des mêmes impositions fiscales que d’autres acteurs au chiffre d’affaire comparable ?
• Comment assurer la fiabilité des informations financières communiquées par les sociétés, et garantir le paiement et le procédures de recouvrement, alors que l’entité légale des GAFA serait enregistrée à l’étranger ?
• Initialement prévue pour être portée au niveau européen, la France peut-elle décider de faire cavalier seul sur ce sujet ?

Par ailleurs, comment vont réagir les GAFA concernant la mise en place de cette prochaine taxe ?

By Action Future

ACTION FUTURE, le magazine des investisseurs actifs sur les marchés boursiers et financiers qui traite d'analyse fondamentale et d'analyse Technique sur tous les marchés et tout les produits. Action Future traite aussi de thèmes d'investissement et de mécanismes financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.