Natixis Investment Managers publie aujourd’hui les résultats d’une enquête conduite auprès de 500 investisseurs institutionnels mondiaux (à travers l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, l’Europe continentale, l’Asie et le Moyen Orient).

 

·       62% des investisseurs institutionnels mondiaux estiment que la popularité de la gestion passive a accru le risque systémique

·       79% des institutionnels pensent que l’environnement de marché actuel favorise une gestion active des portefeuilles

·       Les institutionnels prévoient d’accroître leurs allocations aux actifs alternatifs et privés

·       55% des investisseurs institutionnels prévoient d’augmenter leur allocation aux stratégies ESG en 2019

 

L’étude révèle que les investisseurs institutionnels mondiaux sont préoccupés par l’impact de la gestion passive sur le risque de marché et la valorisation des actifs.

Pour les deux tiers (62%), la popularité des investissements passifs a accru le risque systémique et 61 % estiment que les flux vers les stratégies passives ont artificiellement supprimé la volatilité. Plus de la moitié (52 %) des investisseurs institutionnels considèrent également que la gestion passive a faussé les valorisations relatives des actions et les profils risque/rendement.

 

Alors que la demande pour les stratégies passives s’essouffle, les institutionnels continuent
de privilégier les gestions actives.

Les investisseurs ne sont plus si prompts à vouloir renforcer leur exposition aux stratégies passives.
Ils semblent être satisfaits de la répartition actuelle de leurs allocations. Interrogés en 2015, les
investisseurs institutionnels prévoyaient de porter à 43%, sur les trois prochaines années, le poids des
stratégies passives dans leur portefeuille. En 2018, les répondants n’envisagent plus aucune
modification significative – d’ici à trois ans – de leur allocation actuelle, composée pour 70% de
stratégies actives et 30% de stratégies passives.

Les investisseurs institutionnels justifient également leur préférence pour la gestion active car ils
anticipent un accroissement de la volatilité des marchés en 2019 pour quatre investisseurs sur cinq
(80 %). La même proportion (79 %) estime que l’environnement de marché actuel est favorable à une
gestion active de portefeuille. Les investisseurs restent optimistes à l’égard de la performance tout en
ayant légèrement révisé à la baisse leur prévision de rendement moyen pour l’année en cours, à
hauteur de 6,7 % contre 7,2% en 2017.

Si la majorité des investisseurs estime que l’environnement de marché actuel est favorable à une
gestion active, l’enjeu demeure pour les gérants actifs de démontrer clairement leur capacité à créer
de la valeur, la moitié des investisseurs ayant recours à une gestion passive parce qu’il existe trop de
« suiveur d’indice » dans le secteur de la gestion active. Toutefois, si le secteur est capable d’identifier
des fonds « pseudo-actifs », les deux tiers (66 %) des investisseurs pensent que cela profitera en
définitive aux gérants qui adoptent une approche véritablement active, et la majorité d’entre eux
s’attend à ce que les investissements actifs surperforment sur le long terme.

Jean François Baralon, Directeur distribution France, Belgique, Luxembourg, Genève et
Monaco, Natixis Investment Managers, a déclaré : « Les investisseurs institutionnels semblent avoir
trouvé leur allocation optimale entre actif et passif. Nous commençons à observer un ralentissement
de la croissance des allocations aux stratégies passives, alors que les investisseurs s’inquiètent de leur
effet sur les marchés et sur la performance. Les investissements passifs pourraient à terme présenter
un risque de concentration important, entraînant ainsi un risque systémique qui les mettrait réellement
sous pression lors du prochain repli de marché ».

« Si l’appétit pour les stratégies actives demeure, compte tenu de l’augmentation attendue de la
volatilité et d’un environnement de plus en plus compliqué pour générer du rendement, une distinction
de plus en plus évidente va s’instaurer entre les gérants capables de générer de l’alpha et les autres».

La recherche d’alpha stimule la demande en stratégies ESG

Les considérations environnementales, sociétales et de gouvernance (ESG) jouent un rôle de plus en
plus prépondérant dans les stratégies d’investissement des investisseurs institutionnels. Trois sur cinq
(61 %) intègrent actuellement des critères ESG, et plus de la moitié (55 %) des participants à l’enquête
ont indiqué qu’ils prévoyaient d’augmenter leur exposition aux stratégies ESG en 2019, la performance
et la diversification étant des considérations essentielles. Plus de la moitié d’entre eux (56 %)
reconnaissent que les stratégies ESG peuvent conduire à la création d’alpha ; 43% déclarent que la
prise en compte des critères ESG est tout aussi importante que les facteurs financiers et un cinquième
(20 %) y voit un moyen important de générer des performances ajustées au risque sur le long terme.
Malgré l’appétit croissant pour les stratégies ESG, les méthodes de reporting et d’évaluation de leur
performance restent un défi, selon 43 % des participants à l’enquête. Deux investisseurs sur cinq
(40%) craignent également que les entreprises fassent du « greenwashing » des données de
performance afin d’améliorer leur image auprès du public.

Jean François Baralon, ajoute, « Si l’investissement ESG est désormais une évidence pour les
investisseurs institutionnels, qui s’attendent à ce que l’intégration des facteurs ESG devienne une
pratique courante au cours des cinq années à venir, la prochaine étape pour l’industrie est de s’assurer
que nous régulons les produits ESG, pour la protection des investisseurs et de leurs investissements.
Nous avons besoin de normes claires en matière de classification et de labélisation de la part de
l’ensemble de l’industrie et des régulateurs, pour mieux distinguer les investissements dits « ESG »
de ceux qui intègrent réellement ces critères. Seuls des gérants vraiment actifs et avec des convictions
fortes peuvent respecter et intégrer les principes ESG. »

Les investisseurs privilégient les obligations et les actifs alternatifs

Dans un environnement qui combine performances incertaines et hausse des taux, les institutionnels
sont contraints à élargir leur horizon afin de produire de la performance. Ils indiquent une préférence
pour les fonds alternatifs et les actifs non cotés. Le secteur des infrastructures continue de retenir
l’attention des institutionnels, puisque plus d’un tiers (36 %) prévoit d’augmenter son allocation en
direction de cette thématique, suivi par celle de la dette privée (28 %), du private equity (27 %) et de
l’immobilier (24 %). Cette tendance favorable pour les actifs non cotés s’explique par leur capacité à
générer des performances plus élevées (pour 71% des personnes interrogées) et offrir une réelle
diversification (60%).

Les investisseurs envisagent de réduire leur exposition aux actions, tout en augmentant leur exposition
aux obligations. La plupart des investisseurs (84 %) prévoit un regain de volatilité sur le marché actions
et anticipe une baisse de ses allocations actions de 37,7% à 36,2 % l’année prochaine, tandis que les
allocations vers les obligations devraient représenter 38,2 % en 2019 contre 37,3 % actuellement.

By Action Future

ACTION FUTURE, le magazine des investisseurs actifs sur les marchés boursiers et financiers qui traite d'analyse fondamentale et d'analyse Technique sur tous les marchés et tout les produits. Action Future traite aussi de thèmes d'investissement et de mécanismes financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.