Par Francesc Rodriguez Tous, maître de conférences à la Bayes Business School (anciennement Cass) :

« La proposition de l’Inde d’interdire le bitcoin témoigne de ses propres ambitions en matière de crypto-monnaies. L’attitude de l’Inde est motivée par des plans visant à améliorer sa propre offre de monnaie numérique.

Après des mois de spéculation, le pays semble enfin prêt à dénoncer le bitcoin et de nombreuses autres crypto-monnaies en les interdisant en tant que paiements domestiques reconnus.

Cette décision fait suite à la décision de la Chine d’imposer une interdiction similaire au début de l’année, mais elle est en totale contradiction avec l’adhésion publique du Salvador au bitcoin – défiant la Banque mondiale en déclarant que le bitcoin a cours légal et annonçant même son intention de créer une « Bitcoin City » ».

Les crypto-monnaies sont nées pour échapper au monopole des gouvernements qui émettent de la monnaie, il faut donc s’attendre à un certain repli.

Cependant, même la puissance de l’Inde en tant qu’acteur mondial ne va pas arrêter le commerce des crypto-monnaies.

L’évolution vers les paiements numériques est irréversible, de sorte que de nombreux gouvernements envisagent d’émettre des monnaies numériques de banque centrale ou le font effectivement.

Le scepticisme de l’Inde à l’égard du bitcoin et d’autres crypto-monnaies est très probablement motivé par deux choses : la protection de la monnaie nationale et une ambition discrète de développer et de renforcer ses propres crypto-monnaies nationales.

Bien que des mesures de ce type semblent limiter l’utilisation et donc diminuer la valeur des crypto-monnaies interdites, il existe généralement des moyens de contourner ces interdictions, de sorte que je ne vois pas de dommages durables à la valeur des paiements numériques. En outre, très peu de pays ont imposé des interdictions pures et simples, ce qui signifie qu’il n’y a pas encore d’énorme danger.

Plusieurs grandes économies expriment une opposition au bitcoin et aux crypto-monnaies en général, mais je ne pense pas que la position de l’Inde fasse partie d’un effort coordonné pour les miner.

Dans de nombreux pays, la forte exposition aux flux de capitaux volatiles et aux banques obsolètes signifie que les crypto-monnaies peuvent réduire considérablement les coûts de transaction tout en ayant peu d’impact sur les politiques monétaires nationales. Cela s’explique par le fait que les gouvernements sont déjà fortement exposés aux actions de la Réserve fédérale. »

By Action Future

ACTION FUTURE, le magazine des investisseurs actifs sur les marchés boursiers et financiers qui traite d'analyse fondamentale et d'analyse Technique sur tous les marchés et tout les produits. Action Future traite aussi de thèmes d'investissement et de mécanismes financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *