Banques centrales et Brexit sous surveillance cette semaine

Vincent Boy, analyste marchés chez IG France

Les marchés financiers pourraient être une nouvelle fois sous pression cette semaine, après la forte volatilité constatée depuis le début du mois de septembre. En effet, de nombreux sujets pourraient conduire les investisseurs à la prudence avec notamment les banques centrales du Royaume-Uni, du Japon et des Etats-Unis, attendues sur leur politique monétaire cette semaine.

 

Par ailleurs les investisseurs seront attentifs aux discussions concernant le Brexit et les débats sur la loi controversée proposée par Boris Johnson la semaine dernière, qui doivent démarrer ce lundi. Si cette loi passait, cela pourrait remettre en cause l’accord signé l’an dernier, qui a permis aux deux blocs économiques d’officialiser la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne en janvier.

 

Pour revenir sur les banques centrales, la Fed mercredi sera surveillée avec attention concernant l’évolution de sa politique monétaire, alors que la dernière intervention de Jerome Powell lors du symposium de Jackson Hole faisait ressortir une modification de ses objectifs moyen terme.

 

Le président de la réserve fédérale suggérait lors de son discours, que la banque pourrait se concentrer davantage sur l’objectif de plein emploi plutôt que sur celui d’atteindre une inflation autour des 2%. Cette idée a été annoncée, alors que la politique monétaire ultra accommodante fait renaître le spectre d’une accélération de l’inflation dans les années à venir.

 

Cette modification d’objectif nous laisse également penser que la Fed devrait conserver une politique de taux très bas et poursuivre ses achats massifs d’actifs pendant plusieurs trimestres, voire plusieurs années. Nous serons ainsi attentifs aux précisions concernant ce changement d’objectifs qu’elle poursuit depuis maintenant plusieurs années. Le marché, qui a corrigé début septembre, semble toutefois rester solide et cela ne devrait pas encourager la Fed à suggérer une politique encore plus accommodante durant cette intervention.

 

D’autres informations pourraient en revanche soutenir le marché dans la semaine avec notamment la reprise des études sur le vaccin du groupe Astra Zeneca. La société avait annoncé une pause dans les recherches le 6 septembre dernier, après qu’un des patients ait contracté une maladie suite à l’injection de son vaccin. La reprise de l’étude devrait permettre aux marchés de se maintenir en ce début de semaine.

 

Du côté des entreprises, nous serons attentifs à l’évolution des discussions concernant les activités de TikTok aux Etats-Unis. Selon les dernières informations, la maison mère de la société pourrait favoriser un partenariat avec l’américain Oracle, plutôt qu’une vente de son activité sur le territoire. Le groupe espère ainsi éviter une interdiction d’exercer aux Etats-Unis.

 

La société de véhicule à hydrogène, Nikola devrait également être surveillée suite à la publication d’un rapport par Hindenbourg research sur une fraude complexe au sein de la société. Cette information semble être confirmée par Citron research et la direction de Nikola n’a pas convaincu les investisseurs lors de sa réponse à cette attaque, ce qui pourrait mener à une nouvelle semaine de baisse pour le cours de l’action.

 

Enfin, nous surveillerons la situation en Europe face au coronavirus, alors que le nombre de cas journalier progresse de façon inquiétante dans plusieurs pays de la zone économique, à l’image de l’Espagne ou de la France. Le premier ministre Français précisait d’ailleurs la semaine dernière que le pays aurait des décisions difficiles à prendre d’ici 8 à 10 jours, bien que celui-ci réfute tout nouveau confinement comme celui que nous avons connu en mars.