Couvre-feu à New York et Washington. Les relations Chine/USA continuent de se détériorer

Par Vincent Boy, analyste marchés chez IG France

 

Les Etats-Unis sont en proies à de nombreuses manifestations, suite au décès d’un afro-américain causé par la brutalité d’un policier. L’administration américaine a ainsi décidé de mettre en place un couvre-feu dans les principales villes américaines, comme Washington et New York.

 

A New-York, celui-ci a démarré à 11h hier soir et se terminera à 6h ce matin mais le maire de la ville a annoncé qu’il pourrait être avancé à 20h dès ce soir. Cette décision intervient alors que des pillages ont eu lieu dans la ville et alors que de nombreux américains sortent à peine d’un confinement qui a duré plusieurs semaines.

 

De son côté le président américain a annoncé le déploiement de milliers de militaires et policiers pour contrôler les manifestants pendant qu’il se rendait à une église près de la maison blanche afin de prendre une photo bible à la main.

 

Au-delà de ces manifestations, les relations Chine USA continuent de se détériorer, depuis la décision de la Chine d’adopter la loi de sécurité à Hongkong, qui a conduit les Etats-Unis à annoncer qu’ils retireraient le statut spécial de l’archipel. Ce statut lui permet une plus grande souplesse dans ses relations commerciales avec les Etats-Unis en comparaison de la Chine continentale.

 

Pékin à également annoncé qu’il suspendait les achats de soja américain mais certains importateurs semblent continuer de s’approvisionner via la première puissance mondiale. Le second fournisseur de la Chine, le Brésil, pourrait en revanche profiter de ses tensions entre les deux premières puissances mondiales, pour augmenter ses exportations de soja vers la Chine.

 

En revanche, l’épidémie de coronavirus qui accélère au sein du pays pourrait ralentir le processus. Le nombre de cas au Brésil à plus que doublé au cours des deux dernières semaines, portant le nombre à plus de 500 000.

 

Sur le plan de l’épidémie, qui semble oublié par de nombreuses personnes, notamment aux Etats-Unis, le nombre de cas au monde dépasse les 6 millions et la tendance continue de s’accélérer. La baisse du nombre de cas en Europe et aux USA semble faire oublier la gravité de la situation alors que la forte augmentation dans de nombreux pays, à commencer par le Brésil, la Russie et l’Inde fait craindre un retour brutal de la propagation.

 

Sur le plan économique, les marchés financiers continuent de se désolidariser des fondamentaux économiques, toujours soutenus par les injections massives de liquidités de la Fed et plus récemment par les promesses de la commission européenne. Malgré cette constatation, les annonces de faillites et de licenciements continuent de pleuvoir et le rebond économique semble de plus en plus lointain.

 

Le pétrole continue également d’être soutenu par l’espoir de voir l’OPEP+ prolonger la réduction des quotas de production en juillet et aout et lui permet de venir casser la résistance des 35$ le baril sur le WTI. Les membres du cartel élargi doivent tenir une conférence virtuelle le 4 juin prochain et cela pourrait, en cas d’accord, permettre une nouvelle accélération sur le cours du baril, déjà en hausse de près de 200% depuis la fin du mois d’avril.

 

Enfin, le président américain a annoncé qu’il reporterait le sommet du G7, initialement prévu en juin, alors que certains dirigeants se montraient sceptiques quant à la proposition de Donald Trump de réaliser le sommet en personne à Washington. Par ailleurs, ce dernier proposait d’inviter la Russie et d’autres pays, en qualifiant de dépassé le format actuel et alors que la Russie avait été écarté du G8 suite à l’annexion de la Crimée en 2014.

 

Cette initiative ressemble plus à une stratégie visant à écarter la Chine des décisions conjointes au niveau mondial et de rassembler autour de lui un consensus international à quelques mois des élections présidentielles américaines, prévues le 3 novembre prochain.