L’espoir d’un vaccin fait une nouvelle fois bondir les marchés financiers

Vincent Boy, Analyste marché chez IG France

 

La société Moderna donne un nouvel espoir aux marchés financiers, après l’annonce de signes positifs de l’un de leur vaccin actuellement à l’étude. En effet, celui-ci aurait montré des signes positifs sur 8 personnes ayant reçu 3 injections. Les tests auraient permis de développer une défense immunitaire chez ces 8 personnes et devraient permettre de poursuivre les tests sur un plus grand nombre de patients. La société Moderna anticipe même déjà que la phase 3 pourrait démarrer dès juillet.

 

Cette annonce a permis aux marchés financiers de progresser de façon très importante alors que cela ne résout en rien les problèmes économiques, qui sont en règle générale le moteur d’évolution des marchés financiers. En effet, bien que cette annonce soit une très bonne nouvelle dans le combat contre la crise sanitaire, le développement d’un tel vaccin à l’échelle mondiale pourrait mettre plusieurs trimestres alors que les conséquences économiques du confinement et du redémarrage au ralenti vont se poursuivre.

 

Au-delà de cet espoir disproportionné, la ville de Shulan en Chine, près des frontières avec la Russie et la Corée du Nord, a déclaré un nouveau confinement de la population dans cette ville qui compte près de 700 000 habitants, au sein d’une région de plus de 100 millions de personnes. En effet la découverte de nouveaux cas inquiète les autorités, alors que la Russie voit le nombre de cas fortement progresser chaque jour et que les données sur la Corée du Nord sont inexistantes.

 

En revanche du côté de l’Europe, l’Allemagne et la France ont annoncé conjointement le projet d’un fonds à 500Mds€ afin de soutenir la relance économique des pays de la zone Euro, alors que jusqu’à maintenant l’Allemagne refusait catégoriquement ce type d’initiative. Les fonds seraient empruntés sur les marchés et le remboursement se fera par chaque pays en fonction de son poids dans l’économie européenne. L’Allemagne entant que première puissance et premier contributeur du budget européen, serait probablement le plus important contributeur, suivi par la France.

 

Cette annonce est l’une des plus importantes nouvelles de la journée car elle montre l’unité retrouvée au sein de l’Union Européenne et devrait permettre de soutenir les pays qui en ont besoin pour passer cette crise sanitaire et économique mondiale. Les Pays-Bas, l’Autriche et la Finlande se montrent toutefois toujours réticent alors que les décisions au sein de l’Union Européenne se prennent de concert et tous les membres doivent tomber d’accord pour qu’une telle mesure soit mise en place.

 

Pendant ce temps, la directrice du FMI a précisé que l’institution allait très probablement réviser à la baisse ses perspectives de croissance, actuellement à -3% en 2020 et +5,8% en 2021. Elle ajoutait également que la reprise économique globale ne serait très probablement pas en 2021 et que la crise devait durer plus longtemps que cela avait été anticipée auparavant.

 

Enfin sur le marché du pétrole, le prix du baril a atteint un plus haut depuis le 15 mars, sur fond de réduction de la production de l’OPEP+ mais également de l’espoir lié à la réouverture de la plupart des économies du monde. Ainsi, le risque de voir le cours du pétrole passer à nouveau en territoire négatif, phénomène que l’on a connu pour la première fois historiquement le mois dernier, a été écarté et les investisseurs se tournent maintenant vers l’évolution de la demande.