Le Prix Maurice Allais de Science Économique 2019 est attribué conjointement à Fabrice COLLARD, Michel HABIB, Jean-Charles ROCHET et à Philippe MONGIN

La Fondation Maurice Allais – sous égide de la Fondation ParisTech – partage pour la première fois en 2019, le Prix Maurice Allais de Science Économique entre deux candidatures.

Sont les lauréats de cette 4e édition:

Fabrice Collard (Toulouse School of Economics), Michel Habib (Université de Zurich) et Jean-Charles Rochet (Université de Genève), d’une part,

et Philippe Mongin (CNRS et HEC), d’autre part.

Fabrice Collard, Michel Habib et Jean-Charles Rochet pour leur article “Sovereign debt sustainability in advanced economies”

(Journal of European Economic Association, Juin 2015)

 

Dans le contexte de crise financière et de récession, et alors que la littérature scientifique se focalise sur la dette souveraine des pays émergents, les auteurs cherchent à établir une mesure rigoureuse de la soutenabilité de la dette publique dans les pays développés.

À l’inverse de la plupart des économistes, qui présupposent que chaque gouvernement a pour objectif de maximiser le bien-être de ses administrés et de leurs descendants, les auteurs postulent au contraire que chaque gouvernement agit à très court terme et cherche avant tout à conserver le pouvoir. Un gouvernement chercherait donc à éviter de se trouver en situation de défaut de remboursement, quitte à augmenter la charge pour les générations futures.

Dans leur article, les auteurs proposent un modèle qui présente des avancées majeures sur le plan de la politique économique. Il fournit notamment une formule qui permet d’évaluer le ratio maximum dette/PIB soutenable par un pays, mais également de calculer une probabilité théorique de défaut pour chaque pays.

À quelques jours des élections européennes, et alors que la dette publique des États de la zone euro atteint près de 10 000 milliards d’euros (soit 86,7 % du PIB total des 19 pays membres en 2017), la question de la soutenabilité de la dette publique dans les pays développés constitue un enjeu crucial pour le fonctionnement des démocraties. C’est l’approche innovante adoptée par Fabrice Collard, Michel Habib et Jean-Charles Rochet et surtout les réponses proposées par les auteurs que le Jury du Prix Maurice Allais a souhaité récompenser.

 

 

Philippe Mongin, pour son article “The Allais paradox: what it became, what it really was, what it now suggests to us”

(HEC Paris Research Paper No. ECO/SCD-2018-1299, à paraître dans Economics and Philosophy

https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3214506)

 

Dans cet article, Philippe Mongin interroge le « paradoxe d’Allais », qui remet en question le modèle traditionnel de rationalité des choix.

Conceptualisé au début des années 1950, le paradoxe d’Allais montre qu’un individu confronté à une loterie ne va pas chercher à maximiser ses gains espérés ni même l’utilité espérée de ses gains, mais plutôt viser la sécurité en tenant compte non seulement des utilités espérées mais aussi des chances perçues de les obtenir. Ainsi, à l’approche de la certitude, l’aversion de l’individu à l’égard du risque augmente de façon beaucoup plus considérable que la théorie jusque là acceptée ne le laissait prévoir. Le paradoxe d’Allais influencera profondément la théorie des risques et l’économie comportementale, et plus largement la vie des idées du XXe siècle.

Dans son article, Philippe Mongin montre, grâce à l’une des seules monographies existantes sur le paradoxe d’Allais, que ce paradoxe est bien plus qu’un contre-exemple constaté dans les études expérimentales : c’est un argument normatif qui peut expliquer les comportements des individus, notamment sur les marchés financiers. Il démontre en cela non seulement la vigueur épistémologique du paradoxe d’Allais mais aussi sa véritable acuité, tant il permet de comprendre les mécanismes économiques contemporains.

 

« Cette édition 2019 du Prix Maurice Allais marque la consolidation d’un vivier de candidats internationaux de très haut niveau, Après Hélène Rey en 2017, le Prix est attribué à quatre chercheurs qui remettent en cause des dogmes de la pensée économique contemporaine et qui permettent de formuler des recommandations pratiques en politique économique. La Fondation est très fière de contribuer à la vivacité du débat économique et de proposer de nouveaux outils d’action publique. Nous sommes donc impatients d’organiser à nouveau les Ateliers Maurice Allais, qui auront lieu l’année prochaine. »

Bertrand Munier, Président du jury du Prix Maurice Allais de Science Economique.

 

Présentation des lauréats 2019

 

Fabrice COLLARD est Senior researcher à la Toulouse School of Economics.

Docteur en sciences économiques (Université de Paris I – Panthéon Sorbonne), il a été chercheur à l’Institut d’Économie Industrielle à Toulouse, avant d’être Professeur d’économie à l’Université d’Adelaide (Australie), puis à l’Université de Berne (Suisse), où il dirigeait la chaire de macroéconomie. Il a rejoint en 2008 la Toulouse School of Economics, où il poursuit ses travaux sur les sujets macroéconomiques et la politique monétaire.

 

 

Michel HABIB est Professeur de finance à l’Université de Zurich depuis 2002 et chercheur à l’Université de Lausanne depuis 2007.

Docteur en Finance de la Wharton School – Université de Pennsylvanie et titulaire d’un master en ingénierie de l’Université McGill (Montréal), il a consacré ses travaux de recherche à la finance d’entreprise et aux institutions financières. Michel Habib a notamment dirigé le National Centre of Competence in Research FINRISK (“Financial Valuation and Risk Management”), un programme de recherche national porté par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

 

 

Jean-Charles ROCHET est Professeur de banque à la Geneva School of Economics and Management et au Swiss Finance Institute.

Docteur en économie mathématique de l’Université Paris IX et ancien élève de l’École Normale Supérieure, il a enseigné à la Toulouse School of Economics et à la London School of Economics. Ancien président de l’Econometric Society, il a publié sept ouvrages et plus de 80 articles dans des revues scientifiques internationales. Ses recherches portent sur la banque, la stabilité financière, l’organisation industrielle des marchés financiers et la théorie des contrats.

 

Philippe MONGIN est Directeur de recherche de classe exceptionnelle au CNRS et Professeur affilié d’économie et de philosophie à HEC Paris.

Agrégé de philosophie et docteur d’État en sciences économiques, il a consacré une grande part de ses travaux à la théorie économique et à ses fondements conceptuels et mathématiques. À HEC, il est responsable de la majeure « Sciences de la décision », qu’il a créée en 2009. Il a également enseigné à l’ESSEC, à l’ENS et à Polytechnique, et dirigé la revue Economics and Philosophy de 1995 à 2000.