La moyenne mobile

A défaut d’être l’outil le plus célèbre de l’analyse technique, la moyenne mobile est certainement l’outil le plus connu. De quoi s’agit-il ? Partant de la notion courante de « moyenne », la moyenne mobile se présente sous un aspect simple. Or ce concept mathématique est beaucoup plus riche (voire complexe) qu’il n’y paraît. Il mérite que l’on s’y arrête, que l’on décortique sa mise en œuvre afin de l’utiliser avec plus de profit(s) ou moins de pertes.

Dans une première partie nous rappellerons les caractéristiques de la représentation des cours nécessaires à la compréhension de la moyenne mobile, puis nous survolerons son usage courant en analyse technique (construction, signaux…)
Nous pourrons alors, dans la deuxième partie, approfondir la construction, la représentation et les explications sous-jacentes à l’utilisation de la moyenne mobile ainsi que les fondements de leurs usages de la moyenne mobile tant en termes de comportements des marches financiers qu’en termes d’outil mathématique. Nous parcourons les différents types de moyennes mobiles.

Préambule
L’analyse technique étudie l’historique des cours boursiers afin d’en tirer de l’information pratique pour les prises de décisions sur ces cours boursiers il est donc nécessaire de travailler sur une représentation parlante des variations de cours. Depuis les origines des marches boursiers actifs, les intervenants sur ces marches ont codifies différentes façons de représenter les évolutions des cours.
Deux points essentiels sont à citer ici, qui faciliteront ensuite l’exposé du fonctionnement et de l’intérêt des moyennes mobiles :
1. le résumé des cours
2. le graphisme adopté

Le résumé des cours
Bien qu’il soit assez récent de connaître des séances boursières avec plus de 1000 transactions différentes sur un actif boursier donné, par séance, le besoin pratique de résumer l’ensemble des cours d’une séance à une ou quelques données significatives – représentatives – existe depuis longtemps. Cela a conduit les opérateurs à mémoriser quelques cours jugés très caractéristiques de l’activité boursière de la période considérée :
• l’ouverture de la séance, notée O pour Open.
• la clôture de la séance, notée C pour Close
Ces deux cours sont connus quant à leur valeur et au moment où ils se produisent.
Deux autres cours sont considérés comme caractéristiques :
• le plus haut cours de la séance, noté H pour High
• le plus bas cours de la séance, noté L pour Low
Si ces cours sont évidemment connus en valeurs, ils ne sont ni connus ni quant à leur instant de réalisation, et par suite dans leur ordre de survenance (lequel des deux a eu lieu en premier ?), ni quant au nombre de fois où ils ont été traités.

 

En savoir plus